Castelbarco

Antiquités Galerie

Fima - Federazione italiana mercanti d'arte

San Martino di Tours divide il suo mantello

Anthoon van Dyck (Anversa 1599 - Londra 1641) seguace

Disciple d'Anthon van Dyck
(Anvers 1599 - Londres 1641)

Grande toile représentant 'Saint Martin de Tours partage son manteau'
(La miséricorde de saint Martin)


Huile sur toile, 123 x 109 cm.
avec cadre 134 x 120 cm.
D22-023 € 16.000 Informations requises

Nous partageons une œuvre précieuse, capable d'enthousiasmer tout connaisseur ou collectionneur d'œuvres du Siècle d'or flamand : il s'agit d'une peinture à l'huile sur toile, qui repropose le célèbre « Saint Martin partage le manteau » réalisé par Anthoon van Dyck ( Anvers 1599 - Londres 1641) entre 1618 et 1621 ; acheté par le chancelier du duché de Brabant, le baron Ferdinand van Boisschot, pour le maître-autel de l'église de Zaventem, Belgique (https://rkd.nl/nl/explore/images/37030), il est devenu l'un des tableaux de Van Dyck le plus populaire en Flandre. (photo 1)

La scène, qui représente Saint Martin de Tours (c.316-c.397), l'un des saints les plus vénérés en Occident, ainsi que le saint patron de la France, exprime les manières typiques du grand artiste flamand : Martin est représenté avant sa conversion chrétienne, encore soldat romain, à l'armure prestigieuse, recouverte d'un manteau rouge à large draperie et d'un casque à plumes, à califourchon sur sa monture.

Le sujet montre l'épisode le plus représentatif de sa vie et qui le poussera à quitter l'armée pour se convertir au christianisme. Selon la légende, Martin, voyant un mendiant à moitié nu souffrant du froid, coupa ton manteau en deux en lui en tendant une moitié, d'un geste de grande miséricorde qui éclaircit le ciel et adoucit la température. Cette même nuit, Martin eut une vision de Jésus qui, en lui rendant visite, rapporta la pièce manquante du manteau ; quand il s'est réveillé, il a retrouvé le manteau intact.

Le succès de l'oeuvre a favorisé une diffusion ostentatoire, à tel point qu'il existe aujourd'hui de nombreuses toiles réalisées par des artistes du cercle/atelier Van Dyck ou actifs immédiatement après la création du retable, pour satisfaire quelque client qui souhaitait avoir le sien. version.

Une deuxième variante, d'environ 1620, plus complexe et plus proche de celle proposée, enrichie d'un plus grand nombre de personnages, est celle de la Collection Royale Anglaise, aujourd'hui conservée au Château de Windsor dans le King's Drawing Room (https://www .rct.uk/collection/405878/st-martin-divisant-son-manteau-0). Cela date d'environ 1620 et a probablement été laissé dans l'atelier de Rubens après le départ de van Dyck cette année-là - plusieurs exemplaires existent, indiquant qu'il était toujours à Anvers et disponible pour que d'autres artistes puissent le copier.

L'un des élèves et assistants les plus doués de Rubens, on suppose que Van Dick a réalisé les deux versions, celle de Zaventem et celle de la Collection Royale, alors qu'il travaillait encore dans l'atelier de son maître à Anvers, et cela avant d'être livré à leurs clients ils y sont restés même après le départ de Van Dyck en 1620.

A notre avis, le tableau présenté ici, finement exécuté avec sa composition efficace et son iconographie insolite, est l'œuvre d'un auteur flamand, actif vers la fin du XVIIe/début XVIIIe siècle qui a retravaillé le chef-d'œuvre de Van Dyck avec une grande habileté. ;

Le tableau est en bon état, avec un beau cadre en bois doré.


Nous prenons en charge et organisons le transport des œuvres achetées, tant pour l'Italie qu'à l'étranger, par des transporteurs professionnels et assurés. Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter.

Pour tout type d'information, vous êtes invités à nous contacter.

Suivez-nous également sur :
  dos

Tableaux antiques

voir la galerie

objets d'art

voir la galerie

Meubles

voir la galerie